La Libre Fédération (1915-1919)

samedi 27 mai

Nous mettons à la disposition des lecteurs La Libre Fédération, journal anarchiste publié en Suisse d’octobre 1915 à février 1919 et présenté par Marianne Enckell du CIRA-Lausanne.

Il y a une certaine réticence de notre part à proposer cette publication, car les articles de ce journal, signés par J. Grave, J. Wintsch, G. Herzig, etc. développent une position nette pour soutenir l’effort de guerre de l’Entente (France, Angleterre, Russie) contre les Puissances centrales (Allemagne, Autriche), ces dernières accusées de détruire l’humanisme européen, ou pour reprendre le vocabulaire de l’époque : c’est la défense de la civilisation contre la barbarie teutonne. On qualifie ces anarchistes d’interventionnistes.
Sa lecture en est intéressante sur ce plan puisqu’y sont développés les arguments pour soutenir cet effort de guerre, que ce soit depuis le début et pendant toute la guerre du côté de l’Europe occidentale, ou encore en Russie après la révolution de février 1917 où Kropotkine soutiendra le gouvernement provisoire de Kérenski qui est à l’origine de l’offensive de juin 1917, entraînant la mort de plus de 30.000 soldats russes.
Au-delà des arguments va-t-en guerre de ces anarchistes-tranchéistes, qui si on les considère du point de vue des idées pures sont discutables, la réalité est plus terrible : ces militants ont envoyé allégrement des prolétaires se faire trucider pour défendre les idéaux de la civilisation, alors que ceux-ci crevaient en masse pour la Patrie, Schneider, la République, Krupp, le Tzar, le Kaiser … en bref pour le capitalisme. En ce sens ces militants sont devenus des auxiliaires de la bourgeoisie qui en avait bien besoin pour ramener quelques brebis galeuses - tentées par la désertion - dans le droit chemin.
C’est uniquement mû par le besoin de mettre en ligne des journaux, brochures, tracts, livres issus de tous les groupes et partis se revendiquant du "mouvement d’abolition de l’état présent", de ses différentes expressions formelles quelles soient syndicalistes, anarchistes, communistes, socialistes ou sans étiquette, etc. que nous proposons ce journal et non par neutralité archivistique. Le choix de mettre à disposition ces archives ne signifient pas que nous serions au-dessus de la mêlée et que chaque lecteur puisse lire ce qu’il lui plaît et le conforte dans son cheminement, sans que nous ayons à dire notre mot. Au contraire notre intention est de pousser à la discussion. L’intérêt d’avoir accès à un maximum de documents permet aujourd’hui un approfondissement plus conséquent que lorsque nous étions amenés à n’avoir en main que des livres et thèses écrits par des historiens, des militants qui avaient déjà opéré un choix, mis en valeur ce qui leur convenait et écarté ce qui ne cadrait pas avec leurs conceptions.



Toutes les brèves du site