Mai-Juin 1968/Années 1968

Difficile pour un collectif qui entend diffuser des documents d’archives publiés par la gauche radicale, comprise comme la frange la plus déterminée du mouvement révolutionnaire, de faire l’impasse sur les évènements de Mai-Juin 1968. De même qu’il est malaisé, en évoquant ces derniers, de ne pas explorer la multitude de luttes, de mouvements, de contestations, de prises de paroles qui se développent à l’échelle internationale à la même période : mouvement pour les droits civiques et contre la ségrégation raciale aux États-Unis ; provos aux Pays-Bas ; hippies, freaks, beatniks ou yippies au sein des différentes scènes de la contre-culture ; lutte contre la guerre et mouvements de soldats ; insurrection des femmes, contre l’homme et contre son monde ; luttes de libération des "minorités sexuelles" face à la domination masculine et hétérosexuelle ; mouvements étudiants contre le mandarinat, puis contre l’université, contre l’école ; contestations démocratiques contre les régimes autoritaires en Afrique et en Amérique du Sud mais aussi luttes des "indiens" ; luttes de libération dans de nombreux pays du "tiers-monde" et plus largement contre les pouvoirs coloniaux et leur héritiers ; luttes urbaines pour le logement, contre la hausse des prix, contre la militarisation et la planification de l’espace urbain ; luttes contre l’état-nucléaire et la science au service du capital ; communautés et tentatives de faire émerger des modes de vies alternatifs ; confrontation avec l’État, ses forces de répression, à travers une certaine pratique de la violence perçue comme libératrice malgré son virilisme congénital ; etc…
Mais parler de Mai-Juin 1968 comme l’épicentre de tout, c’est aussi enfermer toutes ces luttes dans les limites de l’évènement, dans les questionnements, militants ou non, sur ce qui n’est pas advenu, sur ce qui a failli… Se focaliser sur Mai-Juin 68, c’est au final participer au discours qui prétend que tout s’est joué là et qu’une fois le moment passé, l’occasion manquée, il ne pouvait rien advenir, qu’il était nécessaire de repartir de zéro.
Cependant, l’évènement en lui-même conserve une certaine spécificité. En particulier du point de vue des regroupements, plus ou moins organisés, plus ou moins importants, qui sont nés, ont vécus et sont mort avec lui. En cela, il nous a semblé pertinent de rassembler ici des publications (journaux, revues, bulletins, etc.) et des documents se rapportant à des groupes ou regroupements qui ont eu une existence limitée aux évènements de Mai-Juin 1968 en France ou qui les ont précédés (Mouvement du 22 Mars, Enragez et Situationnistes, Conseil pour le Maintien Des Occupations (CMDO), comités d’actions, etc.)


Publications


Tracts (classés par origine)

  • Mouvement du 22 Mars
  • Enragés/Situationnistes
  • Comité pour le maintien des occupations
  • Liaison des étudiants Anarchistes/Tendance syndicale révolutionnaire fédéraliste
  • Autres groupes

Pour aller plus loin :


Brèves

31 juillet 2016 - Passer Outre (1968-1969)

Nous mettons en ligne le supplément au numéro 4 de Passer Outre : De la misère en milieu lycéen (…)

31 juillet 2016 - Nous sommes en marche (1968-1972)

Nous mettons en ligne 2 numéros supplémentaires de NSEM - Nous sommes en marche.

31 juillet 2016 - L’école de mai (1969-1970)

Nous mettons en ligne 2 numéros supplémentaires de ce journal dont nous ne savons quasiment rien (…)

29 juillet 2016 - Lectures ouvrières (1970-1971)

Nous mettons en ligne les sommaires et numéros du journal Lectures ouvrières, publié comme (…)

20 juillet 2016 - Nous sommes en marche (1968-1972)

Nous mettons en ligne les sommaires et numéros du journal Nous sommes en marche, publié de 1968 à (…)