Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Opposition des femmes

Textes tirés des volumes II et VII de la collection "Le mouvement ouvrier français contre la guerre, 1914-1918" édité par les éditions EDHIS.

Sauf mention contraire, les notes sont tirées des informations données dans les différents volumes des éditions EDHIS. Pour plus de détails sur le format et la nature des documents eux-mêmes, nous vous invitons à vous référer aux tables de ces mêmes volumes.


Introduction des éditions EHDIS pour l’Opposition des femmes.

A. Le Comité d’Action Féminine socialiste pour la paix, contre le chauvinisme.

L’opposition à la guerre tardait néanmoins à s’organiser.
La première forme d’association viendra non point des hommes mais des femmes, des femmes socialistes en l’occurrence.
Louise Saumoneau, secrétaire du Groupe des Femmes socialistes, avait reçu le texte de Clara Zetkin appelant les femmes à prendre la tête des luttes contre la guerre en Europe. Elle y trouva, écrira-t-elle plus tard, sa "planche de salut". Avec de très faibles moyens, elle entreprit la publication et la diffusion des premiers tracts contre la guerre.
L. Saumoneau fut la déléguée française à la Conférence Internationale des Femmes socialistes, convoquée par Clara Zetkin à Berne, du 25 au 27 mars 1915, soit six mois avant la Conférence de Zimmerwald. C’est de retour de Berne que Louise Saumoneau organisa le Comité d’Action Féminine socialiste pour la Paix qui continuera de publier des tracts, toujours avec de petits moyens.
Le Comité tenta de tenir une réunion publique où L. Saumoneau aurait rendu compte de la Conférence de Berne, le 25 avril 1915. La police empêcha la tenue de ce meeting.
Pendant les mois suivants le Comité fut très actif. Il organisa en mars 1916 une célébration de la "Journée Internationale des Femmes". Cette fois encore la police intervint.
Le mouvement zimmerwaldien se développant, il attirait les énergies des militantes qui délaissèrent peu à peu les groupements féminins. En mars 1917 le Comité d’Action des Femmes s’intégra au Comité pour la Reprise des Relations Internationales.

B. Autres tentatives d’opposition féminine.

Un "Comité féminin pour la Paix" s’était constitué entre temps à Lyon. Il tenta d’organiser une "manifestation pacifique" sur la Place des Terreaux, le 1 er août 1915.
A Lyon également, se forma une "Ligue féminine d’Action syndicale" qui se manifesta en septembre 1915.
Plus importante fut l’activité de la "Section Française du Comité International des Femmes pour la Paix Permanente" dont le siège était à Paris, 33 rue Fondary. Bien que ce groupe fut étranger au Mouvement ouvrier, nous avons reproduit sa brochure, diffusée fin 1915, car elle eut un grand retentissement, jusqu’au congrès socialiste de décembre 1915 où les délégués hostiles à la guerre prirent la défense de ces femmes courageuses.

C. Les institutrices syndicalistes.

Les femmes assumèrent un rôle important dans le syndicat des instituteurs. Ce fut Marie Mayoux qui, la première de tous les enseignants, souleva la question de leur attitude face à la guerre. Elle rédigea un manifeste que discutèrent des instituteurs réunis à la Pentecôte 1915. Alfred Rosmer trouva ce projet "un peu tiède, mais, dit-il, il faut se contenter de peu". Hélène Brion, secrétaire de la Fédération des Instituteurs, s’opposa dans un premier temps à ce manifeste, trop hostile, selon elle, à l’effort de Défense nationale. Cependant la Fédération prit parti contre un soutien inconditionnel à la guerre, position rendue publique par un imprimé. H. Brion s’y rallia et se retrouva accusée devant le Conseil de guerre de Paris. Nous reproduisons tous. les tracts et brochures publiés avant et après ce procès retentissant.

* * * * *

  • Femmes du Prolétariat, Où sont vos maris ? Où sont vos fils ? , Manifeste de la Conférence internationale des femmes socialistes à Berne, Mars 1915
  • Résolution de la Conférence internationale des femmes socialistes, 1915
  • Aux socialistes internationalistes. Appel. Le Monde crache du sang, Manifeste de Karl Liebknecht et la Minorité socialiste allemande avec une introduction de Louise Saumoneau, Avril-Mai 1915 [1]
  • Louise Saumoneau, Pour l’organisation de l’action féminine socialiste. Pour la paix, contre le chauvinisme, s.d. [2]
  • Aux femmes du Prolétariat. ’’Depuis plus de dix mois vos fils, vos frères, vos maris tuent ou sont tués ... ", Juin 1915 [3]
  • Aux femmes du Prolétariat. "Alors que, confinées dans votre "foyer" ou à l’atelier ...", s.d. [4]
  • Aux femmes du Prolétariat. "Laisserez-vous la classe capitaliste ... sacrifier jusqu’au dernier homme ...", Janvier 1916 [5]
  • Aux femmes du Prolétariat. "Jusqu’où ira votre résignation ? ...", Janvier 1916 [6]
  • Comité d’action féminine socialiste : "Pour la Paix, contre le chauvinisme", Mars 1916 [7]
  • Comité d’action féminine socialiste : "Pour la Paix, contre le chauvinisme". Aux Femmes socialistes et prolétaires !, s.d.
  • Aux femmes du Prolétariat. "Depuis plus de deux ans et demi la guerre déchaînée ...", Mars 1917.
  • A bas la guerre, Femmes si vous trouvez que l’horrible carnage a assez duré !, 1er Août 1915 [8]
  • Ligue féminine d’Action Syndicale, Devant "l’horrible carnage qui déshonore le monde", l’Internationale socialiste doit "revenir aux principes qui l’animaient avant la guerre", 4 Septembre 1915 [9]
  • Section française du Comité international des Femmes pour la Paix permanente, Un devoir urgent pour les femmes, Décembre 1915 [10]
  • Manifeste des Instituteurs syndicalistes, 1er Juillet 1915 [11]
  • Fédération nationale des Syndicats d’Institutrices et d’Instituteurs, Circulaire fédérale, 1er Septembre 1915 [12]
  • Fédération nationale des Syndicats d’Institutrices et d’Instituteurs publics. Section de la Charente, Les Instituteurs syndicalistes et la guerre, Mai 1917 [13]
    * Orphelinat ouvrier l’Avenir social à Epône. Lettre ouverte aux sociétaires : Sur l’arrestation d’Hélène Brion, Novembre 1917 [14]
  • Madeleine VERNET : Hélène Brion, une belle conscience et une sombre affaire, L’Avenir social, Novembre 1917
  • Hélène BRION : "Déclaration lue au Premier Conseil de guerre, le 29 mars 1918 ". L’Avenir social, 1918
  • Marie et François MAYOUX, Instituteurs révoqués. La Propagande pacifiste pendant la guerre. Notre affaire, L’Avenir social, 1918
Notes :

[1Louise Saumoneau reçut ce texte des mains de Clara Zetkin à Berne. La date correspond à celle de sa diffusion en France.

[2Certainement 1915

[3Tract signé Louise Saumoneau, au nom du "Comité d’Action féminine socialiste pour la paix contre le chauvinisme".

[4Signé : Au nom du Comité d’Action féminine, Louise Saumoneau

[5signé Pour le Comité d’Action féminin, Louise Saumoneau

[6signé Pour le Comité d’Action féminin, Louise Saumoneau

[7Texte diffusé dans le cadre des célébrations pour la Journée Internationale des Femmes

[8Papillon imprimé par le "Comité féminin pour la Paix" (de Lyon), appelant à une "manifestation pacifique".

[9A en-tête de l’Union des Syndicats ouvriers du Rhône

[10Cette brochure imprimée fit scandale dans la presse et dans le parti socialiste.

[11Rédigé par Marie Mayoux puis adopté par un groupe d’instituteurs réunis à la Pentecôte 1915.

[12Le 15 août, les instituteurs lisent à la Conférence de la C.G.T., à Paris, leur résolution réclamant "une action pour l’entente immédiate avec les organisations ouvrières des pays belligérants en vue du rétablissement de la paix. Ils se rallient à la déclaration de Merrheim faite à cette même conférence, - déclaration reproduite ici - " ... cette guerre n’est pas notre guerre !". La brochure se termine par une adresse à Romain Rolland.

[13Daté et signé : 25 mai 1917, Marie et François Mayoux.

[14signé : Madeleine Vernet et onze autres militants.

Les articles de cette rubrique

Actus

Guerre, paix et révolution – Louis Bertoni

Quelques camarades m’ont demandé de publier cette conférence, faite à Genève, (...)

Les grands blessés – Louis Bertoni

Pendant une quinzaine, toutes les nuits, à trois heures, a passé en gare de (...)

Sommaires du Réveil anarchiste (1927-1929)

Vingt-huitième année – 1927 Le Réveil anarchiste N°709 –8 Janvier 1927 Pour les (...)

Sommaires du Réveil anarchiste (1930-1932)

Trente-et-unième année – 1930 Le Réveil anarchiste N°787 – 11 Janvier 1930 (...)

Sommaires du Réveil anarchiste (1933-1935)

Trente-quatrième année – 1933 Le Réveil anarchiste N°865 – 14 Janvier 1933 Le (...)



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53