Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Liaisons (1985-1990)

AVANT-PROPOS du collectif .

Nous rappelons aux lecteurs que le premier numéro de la revue Liaisons fût publiée à la fin de l’année 1985. Elle fut conçue comme supplément à la revue Echanges dont l’existence remonte à 1975. Nous invitons d’ailleurs les lecteurs à lire ou relire la présentation du réseau Echanges et Mouvement pour en savoir plus sur ses origines et ses positions. A cette époque la revue Echanges est encore modeste (12 pages format A5) et ne peut contenir des articles longs et conséquents. Mais Liaisons n’est pas issue directement des seules personnes animant Echanges. Comme il est écrit dans Echanges n° 47 (janvier 1986) : "la publication de cette revue est la concrétisation de discussions qui se sont poursuivies pendant une année entre participants et non participants à Echanges".

Cela dit nous laissons la parole à deux anciens de Liaisons pour plus de précisions quant à la signification de leur engagement. Ce qui pourrait déboucher sur une discussion sur les points très importants - toujours actuels et à venir - qui y sont abordés.

PRÉSENTATION

Il est difficile, 30 ans après de se remémorer exactement les conditions de naissance d’une revue à laquelle nous avons participé pendant toute sa durée.

Les personnes qui ont participé à Liaisons se sont dispersées, certaines sont décédées.

Nous nous sommes posés la question au début, avant de nous lancer dans cette aventure si nous allions participer à Echanges, dont nous étions tous proches et aux idées desquelles nous adhérions. Les raisons qui ont motivé ce choix peuvent, dans notre mémoire, se résumer aux suivantes :

- Echanges nous semblait être trop une juxtaposition de personnes qui accomplissaient chacune une fonction dans le journal. De même pour les articles, chacun écrivait ce qu’il voulait.

- Nous voulions un travail plus collectif, une discussion plus régulière des articles, de nos idées.

- Nous voulions approfondir nos points d’éventuelles divergences et ne pas rester dans un consensus.

- Nous voulions expliciter les soubassements théoriques de nos positions.

Echanges ne nous semblait pas répondre à ces exigences.

Certaines des personnes d’Echanges participèrent à Liaisons.

Les deux textes "en guise de présentation" du n°1 de Liaisons : "Thèses d’Echanges" et "Une réponse" donnent une idée de l’esprit qui nous animait.

Voici les principales questions que nous nous posions et que nous voulions débattre :

- pourquoi les luttes de classes sont- elles potentiellement révolutionnaires ?

- peut-on parler des luttes en général sans tomber dans l’idéologie ?

- peut-on dire comme le fait Echanges "peu importe ce que les travailleurs croient ou ne croient pas…. ?"

- "les grévistes n’ont peut-être pas l’intention d’être révolutionnaire mais ils le sont", Pannekoek [1] Cette affirmation rejetée par une bonne partie du courant ultra gauche de l’époque qui gardait comme position "le préalable de la conscience", a servi de point de départ à nos discussions sur le rapport entre conscience et action, entre pensée et action.

- que veut-on dire quand on dit que l’histoire est "l’histoire de la lutte des classes" ?

Tous ces points étaient présents dans nos discussions, même s’ils n’étaient pas forcément abordés tels quels. De longues discussions sur ce qui peut sembler à certains des points de détail. Mais quand cela se traduisait concrètement par des positionnements différents dans les luttes concrètes, alors ces détails n’en sont plus.

Le texte "Une réponse" fut le résultat de nombreuses formulations différentes, de nombreuses hésitations et ne traduit que partiellement ces longues soirées de discussions.

En annexe un texte daté du 27 avril 1985 dont nous avons discuté au début.

Avant de démarrer la revue, de nombreux échanges, courriers eurent lieu avec Cajo Brendel, Henri Simon.

C’est aussi à cette époque que nous avons réalisé une interview de Cajo (qui participait à la revue hollandaise Acte et pensée). Cette interview nous a permis d’approfondir notamment les rapports entre les idées révolutionnaires et la lutte de classe, entre idées et intérêts… Cela s’inscrivait dans notre démarche pour faire Liaisons.

Dans le numéro 74 d’Echanges, on pourra lire une discussion et une polémique entre Echanges et Liaisons. (p.1 à p.4)

La revue a duré 5 ans (de 1985 à 1990). Elle s’est arrêtée en partie pour des raisons personnelles, des raisons de santé, et comme nous nous voyions toujours malgré tout, en espérant sans doute continuer, des divergences sont apparues plus tard, avec l’un d’entre nous, mettant un terme à notre petit groupe.

Deux anciens de Liaisons. Février 2016


Notes :

[1"A propos des grèves" (Cahiers de l’I.S.M.E.A. série "Etudes de Marxologie" dirigée par M. Rubel, numéro : Marx au seuil d’un centenaire : 1883-1983).

Les articles de cette rubrique


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53