Lettre du 23 Septembre 1972
{Intolérable}, n°4, 1972, p. 27-28
Article mis en ligne le 11 avril 2014
dernière modification le 10 avril 2014

par ArchivesAutonomies

Fresnes le 23.9.72

Salut X.,
Pourquoi je t’écris ? Because ça me fait plaisir d’écrire et ça me défoule. Je n’attends pas pour autant que tu me réponde. Non c’est gratuit c’est pour mon pied ego !
Je suis bien content que tu aies réussi à échapper à l’armé. Nous ne sommes pas du genre à aller faire le guignol en uniforme. Moi j’ai eu de la chance je n’ai jamais vu un uniforme : on m’a réformé pendant que j’étais en taule sous l’étiquette de psycho- névro-parano-chose-truc-machin, enfin indésirable à l’armée. Réciproquement je ne la désirais pas tellement !
F. a eu ta lettre aujourd’hui et il à vu T. et P. au parloir. Enfin il semble moins parano ces derniers jours : ça fait bien une
semaine qu’il n’a pas affûté son couteau ou préparé la corde pour se pendre, ce qui signifie qu’il a encore un peu d’espoir. Bien sûr le soir il me réveille car je prends mes médicaments avant lui et je me dis qu’il est malheureux. Mais moi aussi j’ai mes pro­blèmes et pourtant j’essaie de le reconforter du mieux que je peux, mais hélas je peux peu... Ca y est je commence à être défoncé aussi ne t’étonnes pas si je suis illisible et délirant. Tu m’as dit que j’étais moins baraqué que toi mais tu me verrais meintenant je suis un vrais athlète je fait une heure de yoga tous les matin et j’ai repris du poids de 64 kg j’ai j’ai repris 76 kg pour un mètre 82. F... fait son sport tous les matin, il est super narsicissine et il prend soin de ce corps il est l’idole des femmes et il a un coeur de voyou mais c’est ce qu’il prophèse. Je te quitte pour ne ne pas trop délire ou je finirait ma lettre finilettre pour aujour­d’hui

ras...

(deux mots illisibles)