La Voix du Peuple-Paris (1900-1914)

Présentation

Le congrès de la CGT de septembre 1900 décida le lancement d’un organe confédéral hebdomadaire dont la création, puis la direction furent confiées à un journaliste révolutionnaire des plus éprouvés, l’anarchiste Émile Pouget. Le premier numéro de La Voix du peuple sortit des presses le 1er décembre 1900. Désormais dotée d’une voix propre auprès des syndicats et du grand public, la confédération allait pouvoir dépasser le stade de simple addition de fédérations professionnelles, pour devenir un acteur à part entière, le "parti du Travail" selon l’idée d’Émile Pouget.

La Voix du peuple, en plus des informations corporatives habituelles, devint alors le principal porte-voix des campagnes confédérales. En mai 1901, elle plaida pour une relance du 1er Mai articulé sur la revendication des huit heures. En septembre 1901, elle soutint une controverse avec Jaurès sur la valeur révolutionnaire de la grève générale. De 1904 à 1906, elle fut un instrument de premier plan pour l’organisation de la grève générale du 1er mai 1906, sa diffusion allant de pair avec l’éclosion de syndicats révolutionnaires un peu partout dans le pays. A titre d’exemple, les jeunes ouvriers gantiers de Saint-Junien qui, en 1904, impulsèrent un syndicat affilié à la CGT, avaient commencé par lire et diffuser La Voix du peuple. 

Pouget quitta la direction de l’hebdomadaire en novembre 1908. Il passa alors sous la responsabilité d’autres anarchistes : Georges Yvetot jusqu’en 1912, puis Georges Dumoulin jusqu’en 1914.

A partir du lancement du quotidien La Bataille syndicalise fin avril 1911, La Voix du peuple joua un rôle moins central pour le courant syndicaliste révolutionnaire, même si son contenu continua à refléter la politique confédérale. En 1910, elle lutta contre le projet gouvernemental de "retraites ouvrières" et, à partir de 1911, fit campagne contre les menaces de guerre. En 1913, elle soutint une nouvelle controverse contre Jaurès au sujet du sabotage ouvrier.

Son ultime numéro fut publié le 3 août 1914.

Guillaume Davranche

Pour la fiche technique du journal : Bianco, presse anarchiste.


Nous n’avons pas les numéros de La Voix du Peuple de 1908 à 1914.


Pour en savoir plus sur cette période de la vie de la CGT : Voir l’article de Pierre Besnard : "Constitution de la CGT" - Extrait d’un article paru dans l’Encyclopédie anarchiste.


Brochures :

  • Grève générale réformiste et grève générale révolutionnaire - 1903
  • E. Girault - Au lendemain de la grève générale - 1903
  • Emile Pouget - Le syndicat - 1904
  • Victor Griffuelhes - Le syndicalisme révolutionnaire - 1905
  • Emile Pouget - Le parti du travail - 1905
  • Paul Delesalle - La CGT - Historique, constitution, but, moyens - 1907
  • Victor Griffuelhes - L’action syndicaliste - 1908
  • Emile Pouget - La CGT - 1908
  • Victor Griffuelhes - La grève de Mazamet - 1909
  • Emile Pouget - L’action directe - 1910
  • Emile Pouget - Les bases du syndicalisme - 1910
  • L’escroquerie des retraites ouvrières - 1910
  • Paul Delesalle - Les Bourses du travail et la CGT - 1911
  • Emile Pouget - Le sabotage - 1911
  • CGT - Le prolétariat contre la guerre et les trois ans - 1912